Patron-Aubepine-Deer-and-Doe

Une Aubépine pour ma fin de grossesse

Pour ce nouvel article, je suis fière de vous présenter la dernière cousette que j’ai faite pour MOI ! Bon, je dois l’avouer, ça remonte à mi-mai. J’en étais au septième mois, il ne me reste plus que 4 jours aujourd’hui… Hum, passons… 🙂 J’ai fait beaucoup de choses depuis, mais elles ne m’étaient pas destinées ! Vous découvrirez tout ça dans les futurs articles !

 

Robe-Aubepine-Deer-and-Doe-1

Pour en revenir à ma réalisation, il s’agit de la robe Aubépine de Deer and Doe. Avec sa taille empire, elle me paraissait tout à fait adaptée pour être portée pendant la grossesse.

 

 

Parlons confort :

 

Pour choisir la taille la plus ajustée pour ma nouvelle morphologie, j’ai fait confiance à mes lectures sur différents blogs. A chaque fois, la taille utilisée était la même qu’avant la grossesse. Je n’ai donc pas changé mes habitudes avec les patrons Deer and Doe et j’ai coupé Aubépine en 40 (taille qui me correspond parfaitement chez cette marque quand je n’ai pas un gros ventre 🙂 ). J’ai eu bien raison de suivre ces conseils avisés : me voilà à 4 jours du terme et je la porte toujours !

Robe-Aubepine-Deer-and-Doe-2

 

La taille empire est vraiment idéale avec un ventre qui a poussé ! La fine ceinture (ruban de satin noir), une fois nouée, met en valeur la poitrine et permet d’ajuster la robe, la jupe étant assez ample.

Robe-Aubepine-Deer-and-Doe-detail

Pour la confectionner, j’ai utilisé :

  • un voile de coton noir uni pour le corsage et la doublure,
  • et un voile de coton noir brodé de fleurs blanches pour la jupe.

J’ai choisi ce tissu pour sa légèreté. Quelle bonne idée j’ai eue avec la canicule qui est arrivée par la suite !

 

 

La réalisation :

 

Quel plaisir de coudre les modèles de Deer and Doe ! Le patron est très clair et toutes les pièces s’ajustent toujours parfaitement entre elles. Le livret d’instructions comporte des explications et illustrations bien détaillées. Toutes les étapes s’enchaînent de façon tellement fluide que l’on voit la robe avancer très vite. Il faut cependant rester minutieux pour que la confection soit réussie.

Patron-Aubepine-Deer-and-Doe

 

Un conseil : ne jamais improviser de manière irréfléchie ! Si vous êtes comme moi, vous me comprendrez… Au lieu de rester concentrée, minutieuse, précautionneuse (je pourrais en ajouter d’autres !), je finis toujours par m’émerveiller de l’avancée du projet. Alors que j’en suis presque à la fin, il m’arrive souvent de vouloir accélérer quelques étapes pour terminer encore plus vite, et là, c’est le drame !! 😀 😀 😀

Retour en arrière :

Tout se passait très bien jusqu’au moment de coudre la gaine permettant le passage du ruban… Au lieu de bien suivre les explications d’Eléonore (comme depuis le début !) disant de prendre son temps pour bâtir avec soin cette satanée gaine, je me suis dit qu’avec quelques épingles bien positionnées, elle irait plus vite à coudre.

Belle erreur !!

A peine la machine à coudre lancée sur quelques centimètres, je constate l’horreur. Des plis se forment, la doublure du corsage et le corsage lui-même se décalent. Je suis obligée de découdre, de redonner un coup de fer à repasser, de ré-épingler, etc. pour finalement bâtir la gaine avant de la piquer correctement, comme le conseillaient les instructions !

Bref, une sacrée perte de temps ! Mais au moins, maintenant, elle est nickel !

 

 

Pour finir, je suis très contente de ma première Aubépine. Je pense en refaire une dans un tissu plus fluide, pour tester un autre tombé. Et pourquoi ne pas la tester en version manches ¾ plutôt que manches courtes ?

Headband-Mandzou

Modèle : robe Aubépine de Deer and Doe

portée avec un headband argenté par Mandzou.

4 commentaires sur “Une Aubépine pour ma fin de grossesse

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *